CARNET DE VOL


Comme beaucoup d’enfants Robert KOWAL tombe dans la marmite étant petit et se passionne pour le métier de pilote: -« Quand j’étais gamin je voulais être astronaute, puis pilote de ligne. » Robert débute alors une école de pilotage dès que ses pieds atteignent les palonniers aux commandes d’un avion dans un club de vol moteur. C’est avec beaucoup de regrets qu’il renonce par la suite :-« Étant étudiant j’ai dû stopper ma formation, c’était trop cher pour moi. » C’est au court d’une soirée entre jeunes, qu’un ami lui parle du vol à voile et la possibilité de voler en planeur pour des frais moins onéreux: -« À 19 ans je fonce alors vers le terrain de Coulommiers et je m’inscris directement en arrivant! ». Il est lâché au bout d’un mois et obtient son brevet de pilote l’année suivante. Rattrapé par ses études en commerce international, il fait une pose et s’absente de l’aéro-club durant un an. « J’entendais souvent parler de Buno, un club avec beaucoup de notoriété et de sa bonne ambiance. Il était temps pour moi de m’inscrire, de voler à nouveaux et de découvrir l’humilité de certains grands pilotes comme Maza, Verhulst, Abadie…Etc. » Robert, à 25 ans est aujourd’hui membre de l’AAVE et totalise presque 200 heures de vol: -« J’aime planifier des circuits et gérer des stratégies au cours d’une journée en fonction de la  météo souvent changeante. J’envisage de faire de la compétition pour apprendre rapidement. Je lis aussi régulièrement des REX (Retours d’EXpérience) car on peut apprendre de ses erreurs, c’est bien mais pas suffisant. Il faut aussi apprendre de celles des autres pour progresser vite. »

Le jeune pilote à bien la tête sur les épaules et le bob par dessus.   Il évoque pour finir SA citation: -«Tu peux pas te mentir parce que sinon les lois de la physique peuvent te ramener à la réalité. »

Orienté vers une carrière de Business analyste, à l’évidence Robert ne sera jamais astronaute, mais voit des étoiles à chaque fois qu’il s’installe dans un planeur.

Et c’est là l’essentiel non ?